Après la crise du COVID, quatre spin-off vaudoises reçoivent le soutien de l’EPFL et de la FIT

FIT | 23 July 2020

Le Comité de Sélection de la FIT a choisi de soutenir une nouvelle start-up, Alithea Genomics, avec une bourse de CHF 100’000. En outre, face aux difficultés financières et logistiques engendrées par la pandémie, les trois projets Flowbone, Limula et SenSwiss qui avaient obtenu une bourse FIT Innogrant en 2019 ont reçu une prolongation exceptionnelle de CHF 20’000.

Un nouvel Innogrant de CHF 100’000 pour Alithea Genomics

Pour soutenir son développement, l’EPFL et la FIT viennent d’attribuer une bourse à Alithea Genomics. La start-up conçoit des solutions de transcriptomique à bas coûts. Ce domaine consiste en l’étude des ARN messagers produits lors de la transcription du génome.
La technologie développée permet à des études de grande ampleur d’être menées dans les domaines pharmaceutiques et biomédicaux, comme le diagnostic du COVID-19. Grâce à cette innovation, Alithea Genomics souhaite rendre des projets de recherche fondamentale et clinique possibles, tels que la découverte de biomarqueurs ou le développement de médicaments, auparavant irréalisables pour des raisons économiques et pratiques.
La start-up fournit des données de qualité, à haute teneur informative, directement exploitables aux plates-formes de R&D rendant ainsi les efforts de fonctionnalisation des biobanques et de criblage de médicaments plus productifs pour des découvertes fructueuses.

Flowbone, Limula et SenSwiss, trois medtech voient leur Innogrant prolongé
Pour lutter contre le coronavirus, le campus et les laboratoires de l’EPFL avaient été fermés début mars. Freinant drastiquement les activités de recherche, L’EPFL a réalisé un sondage auprès de ses projets pour évaluer l’impact de cette crise sur leur avancée et leur situation financière. Au vu des résultats préoccupants du sondage, l’Unité Start-up de l’EPFL et la FIT ont choisi d’octroyer CHF 20’000 supplémentaires aux projets ayant obtenu un Innogrant en 2019. Le prolongement de ces bourses, dont l’objectif premier est de couvrir les salaires de l’équipe, permettra donc aux trois start-ups de conclure les développements prévus et ralentis par le COVID-19.

Flowbone poursuivra ainsi la mise au point de son gel capable de renforcer localement les os des personnes atteintes d’ostéoporose, cette maladie qui touche 250 millions de personnes dans le monde et se caractérise par un risque accru de fractures. Le biomatériau de Flowbone peut s’injecter à l’aide d’une seringue directement dans l’os du patient, à l’endroit où l’on désire éviter la fracture.

Limula Biotech s’intéresse de son côté aux thérapies cellulaires et géniques (TGC), qui représentent une véritable révolution dans la médecine personnalisée, de par le potentiel impact sur la qualité de vie des patients souffrant d’un large éventail de maladies, mais malheureusement très coûteuses. Avec son système automatisé entièrement confiné pour la fabrication de ces traitements, Limula permet une production rapide et sûre, et ce directement au chevet du patient à l’hôpital. La technologie de Limula permettra de gagner du temps, de réduire les coûts, de simplifier la logistique et, au final, d’accroître la sécurité et l’accessibilité de ces traitements personnalisés de pointe.

Enfin, SenSwiss s’attèle à la surveillance thérapeutique des immunosuppresseurs, en particulier la vancomycine. Cet antibiotique de dernier recours peut avoir de lourds effets secondaires sur les reins et l’audition, si son dosage est inadapté. Le taux de vancomycine dans le plasma sanguin doit donc être surveillé régulièrement. C’est ce que permet le biocapteur portable de SenSwiss : développé par huit étudiants de Master à l’EPFL, il détecte l’antibiotique en moins de cinq minutes avec seulement quelques gouttes de sang, et coûte moins de 5’000 francs.

D’autres start-ups de l’EPFL et alumni de la FIT développent des solutions dans la lutte contre le COVID-19
C’est le cas, entre autres, d’Helvitek Labs, Technis, Rovenso, Magma Learning et Abionic. En réponse à la crise du Covid-19, Helvitek Labs a modifié son activité de production de masques anti-pollution pour approvisionner le personnel soignant avec une structure faciale novatrice pour éviter les blessures provoquées par le port prolongé de masques respiratoires. Technis a mis en place la solution « Stop&Go » pour aider les lieux accueillant du public à réguler les flux de manière automatique, ceci afin de faire respecter les limites fixées par l’état liées au COVID-19. Rovenso a adapté son robot de sécurité pour y ajouter des fonctionnalités de désinfection UVC assurant la neutralisation des zones de travail de sites industriels et des espaces communs. La plateforme d’apprentissage personnalisé de Magma Learning a facilité l’enseignement à distance lié à la fermeture du Campus EPFL. Tous les cours de l’EPFL sont désormais disponibles sur Ari9000.com. Enfin, l’outil développé par Abionic permet de détecter efficacement le sepsis ou choc septique chez les patients intubés pour le COVID-19, chez qui cette infection est particulièrement fréquente.

 

Retrouvez d’autres start-ups qui développent des solutions dans la lutte contre le COVID-19

Découvrez la solution de Rovenso en vidéo

 

Contact
Julie Bocquel
Chargée de communication pour la Fondation pour l’Innovation Technologique
juliebocquel@fondation-fit.ch

Aurélie Schick
Chargée de communication & événements pour l’EPFL Innovation Park
aurelie.schick@epfl.ch